Rhone Alpes

It's a Free World

Ken Loach - 2006 - GB -

Un schéma verrouillé

It’s a Free World ! repose sur un scénario entièrement et très solidement construit autour du personnage principal. Présente dans toutes les séquences du film, Angie est le moteur d’un récit efficace et clos. À l’instar d’autres héros de Loach, elle s’assigne une mission – réussir coûte que coûte avec sa propre agence d’intérim – et le temps du film est celui de l’exécution de ce projet et de la mutation qu’il induit chez le personnage. Le récit est ainsi parfaitement circonscrit : les entretiens d’embauche en Pologne puis en Ukraine (séq. 1, 38) constituent un prologue et un épilogue qui « enserrent » l’histoire et font de la trajectoire d’Angie un parcours inéluctable qui aboutit à un cercle vicieux. Son désir d’affranchissement la ramène implacablement vers son point de départ, la conduisant à endosser l’habit de ceux qu’elle fustigeait : ce parcours renvoie à l’ironie du titre, désignant le pessimisme de Loach face à un système qui selon lui ne peut engendrer que l’aliénation et l’exploitation des pauvres par les pauvres.
Entre ces deux bornes, le récit est mené tambour battant. Très découpé, avec une majorité de séquences en deçà de trois minutes, le film se caractérise par une progression dramatique très rythmée qui soutient la course d’Angie contre le système et dénonce l’engrenage qui l’aspire. Trois grands moments narratifs se dégagent, qui retracent les étapes de son parcours : démarrage illégal et énergique pour une revanche professionnelle (séq. 1-15 : 25 min.) ; ambivalence morale, appât du gain et majoration des risques (séq. 16- 30 : 36 min.) ; règlements de compte et isolement (séq. 31-38 : 29 min.). Les articulations entre ces trois temps correspondent à deux moments où le récit associe la relation d’Angie et Karol et la question de l’exploitation des clandestins (séq. 15-16 et séq. 29-30-31), mettant en évidence les contradictions du personnage et une ambition qui ne tolère aucun frein, fût-il sentimental, moral ou juridique.

Un récit « tendu » : escalade et confrontations
Deux logiques structurelles innervent le récit : l’une verticale, avec une escalade vers des situations extrêmes, l’autre horizontale qui déploie un jeu de confrontations. Angie mise tout à chaque donne et palie les difficultés avec des solutions toujours plus radicales : faute de moyens, elle monte son agence dans l’illégalité (séq. 5) et trompe les immigrés sur leur salaire (séq. 18) ; elle devient marchande de sommeil (séq. 17), se fait plus d’argent en employant des clandestins (séq. 21), se sert d’eux pour ses appétits sexuels (séq. 23-24) et refuse de les dédommager après une arnaque (séq. 32) ; enfin, elle dénonce un campement d’immigrants pour y loger « ses » ouvriers (séq. 34) et prend de l’argent à des Ukrainiens contre une promesse d’embauche (séq. 38). Cette escalade vers le pire se joue surtout dans la partie centrale du récit, le centre correspondant symboliquement au moment où « l’autre » devient un objet (instrumental, sexuel…) pour l’exploiteur.
Les relations professionnelles et personnelles sont placées sous le signe de la confrontation ou évoluent, progressivement selon les cas, vers ce mode. Angie se heurte à son employeur (séq. 2-3) comme, plus tard, à Derek (séq. 25 et 28). De même, elle travaille dans un face à face toujours plus violent avec ses « employés » (séq. 10, 18, 22, 29). Sur le plan familial, la relation avec la mère est explosive (séq. 13) et, si elle est plus apaisée avec le père (séq.13, 36), leur différend idéologique s’avère irrémédiable (séq. 22, 27). Comme Angie, son fils entretient un rapport conflictuel à son environnement et elle doit « comparaître » avec lui face à l’institution scolaire (séq. 12, 26). L’amitié entre Angie et Rose (séq. 4) obéit aussi à cette loi dramatique : Rose est toujours plus mal à l’aise (séq. 5, 17, 18, 20), les désaccords éclatent (séq. 32-33), jusqu’à la rupture (séq. 35). À la fin, la confrontation devient physique et le point culminant du récit est cette unique séquence de dix minutes où Angie est séquestrée (séq. 37), ultime défaite avant le retour au point de départ.

Nedjma Moussaoui

Séquence 0
00’00’’ Générique de début
Générique, lettrage blanc sur fond noir [distribution et production]. On entend des voix parlant polonais ou anglais.

Séquence 1
00’38’’ Entretiens d’embauche (1)
Katowice, Pologne. Aidée d’une interprète, une jeune femme blonde [Angie] recrute des personnes de divers métiers. Une rue de la ville [apparition du titre : 01’50’’], puis on voit les habitants [apparition du nom des acteurs principaux]. Retour aux entretiens : un jeune homme [Karol] dit pouvoir tout faire [apparition du nom du cinéaste].

Séquence 2
03’44’’ Après le boulot
Le soir, bar d’un hôtel. Au comptoir, Karol explique à Angie le « golf extrême ». Appelée par ses collègues, Angie sort aussitôt à cause des attouchements de son supérieur. Elle donne à Karol la carte-clé de sa chambre.

Séquence 3
05’52’’ Licenciement
Londres. Convoquée par son supérieur, Angie est licenciée malgré ses très bons résultats.

Séquence 4
06’46’’ Colère
Angie rentre chez elle et dit toute sa colère à Rose, sa colocataire. À 33 ans, endettée, lassée des petits boulots, elle veut plus et refuse le job sous-payé qu’accepte Rose.

Séquence 5
07’57’’ Ma petite entreprise
Dans un pub. Angie annonce à Rose son projet de lancer leur propre agence. Andy, le barman, lui montre l’arrière-cour du pub, un lieu idéal selon Angie pour accueillir les intérimaires. Elle s’arrangera avec Jerry, le propriétaire, mais il lui faut aussi une moto. Face à la réticence de Rose, Angie se fait convaincante.

Séquence 6
11’32’’ Démarcher les employeurs
Tandis qu’Angie, à moto, démarche sur le terrain les patrons en usant de ses charmes, Rose leur propose au téléphone les services de l’agence féminine Angie and Rose Recruitment : elles garantissent à ces employeurs une main-d’œuvre sûre et ultra flexible faite d’ouvriers d’Europe de l’Est.

Séquence 7
13’30’’ Les ouvriers
Angie arrive à moto dans un campement d’immigrés, avec des Polonais et des Chiliens. Elle leur donne une fiche de renseignement à remplir en vue d’un travail. Elle repart à moto.

Séquence 8
14’25’’ Avertissement
Un patron, Derek, déconseille à Angie de se lancer : elle fera concurrence à des types durs et organisés.

Séquence 9
15’12’’ Premier client
Rose appelle Angie : Tony, patron de l’usine de chemises, est intéressé. Il est encore au téléphone quand Angie arrive. Il se plaint des Polonais, moins dociles depuis qu’ils sont entrés dans l’U.E. Elle arrangera ça.

Séquence 10
16’14’’ Le « bureau d’intérim » (1)
Tôt le matin. Rose et Angie appellent les ouvriers et les répartissent dans deux camionnettes. Andy les aide et drague une immigrée. Les véhicules partent pleins à craquer. Angie fait face à ceux qui sont restés. Un homme arrive et réclame un job. D’abord « espagnol », il reconnaît venir d’Iran. Angie le renvoie : « No papers, no work. »

Séquence 11
18’26’’ Vive les femmes ?
Le pub vide. Andy mange un hot-dog et décrète advenue l’ère des femmes, tandis que Rose et Angie travaillent avec leurs téléphones sophistiqués. Appel du père d’Angie : elle a oublié un rendez-vous à l’école avec Jamie.

Séquence 12
20’15’’ Jamie et l’école (1)
Angie arrive à l’école à moto. Jamie a cassé la mâchoire d’un élève. La directrice l’exclut temporairement. Les parents ont porté plainte. Devant sa mère et son grand-père, Jamie refuse toujours de s’excuser.

Séquence 13
21’46’’ Angie et ses parents
Appartement des parents d’Angie. Sa mère lui signifie l’urgence à s’occuper de son fils, lui reproche son instabilité et lui demande de revenir chez eux. Angie se fâche et se réfugie sur le balcon. Son père la rejoint et lui rappelle posément que Jamie a eu la vie difficile, qu’il entre bientôt au collège et qu’il va falloir l’aider. Elle acquiesce.

Séquence 14
23’51’’ Confidence de Jamie
Angie va voir son fils au moment du coucher. Il lui explique qu’il ne supporte plus quand certains camarades insultent sa mère et la critiquent.

Séquence 15
25’09’’ Un bon filon : les clandestins
Usine de Tony. Il désigne à Angie les ouvriers qu’il ne veut plus voir. Elle trouvera des remplaçants. Elle avoue des débuts difficiles et Tony lui conseille d’employer des clandestins avec de faux papiers, il lui propose un contact. Elle craint les services de l’immigration ; il lui montre, preuve à l’appui, que l’administration ferme les yeux.

Séquence 16
28’08’’ Angie et Karol (1)
Sur un parking, Angie trouve Karol qui joue au football. Il dit avoir été arnaqué par son entreprise. Elle explique qu’elle a été piégée aussi et licenciée. Les joueurs s’en vont sans Karol, elle propose de les rattraper à moto. Ils arrivent dans un campement sauvage de caravanes. Angie interroge Karol sur l’origine des gens, il répond que c’est « le tiers-monde à Londres ». Il l’invite dans sa caravane. Ils font l’amour. Elle doit repartir travailler.

Séquence 17
32’26’’ Marchandes de sommeil
Angie rentre chez elle. Rose, au travail, lui annonce qu’elles ont obtenu un gros contrat. Elle a l’idée de louer à bas prix deux maisons et d’y entasser les ouvriers qui leur paieront un loyer. Le gain serait énorme, mais Rose prend peur face aux sommes en liquide. Angie a la solution : ouvrir un buffet au pub qui servira de couverture.

Séquence 18
34’57’’ Le « bureau d’intérim » (2)
Angie répartit les ouvriers dans les camionnettes. Andy s’intéresse d’abord aux Polonaises cherchant un mari. Un jeune, heureux de son travail, offre un collier à Angie. Un Polonais est mécontent de son salaire, mais Angie parle du poids des charges, Karol traduit. L’Iranien revient, Angie le renvoie durement. Elle remercie Karol. Rose, mal à l’aise, dit qu’elle a menti à Karol qui demandait si elles payaient des charges. Angie la rassure, ce sera bientôt vrai.

Séquence 19
38’27’’ Mahmoud et sa famille
Angie retrouve l’Iranien dans la rue, elle le ramène chez lui en moto. Mahmoud et sa famille vivent cachés dans un hangar désaffecté. La fille aînée a l’âge de Jamie mais elle et sa soeur ne vont plus à l’école de peur d’une arrestation.

Séquence 20
40’35’’ Hébergement de clandestins
Angie débarque chez elle avec Mahmoud et sa famille. Rose est perplexe. Ils prennent un repas. Mahmoud est un libraire opposant politique qui a fui l’Iran pour éviter la prison. Le droit d’asile leur a été refusé. Angie les héberge pour la nuit et promet de les aider pour le travail et le logement. Rose intervient, rappelant à Angie qu’ils sont clandestins. Mais Angie ressort le dossier évoqué par Tony, elle affirme qu’elle peut aider les gens.

Séquence 21
45’03’’ Faux papiers
Au pub, Angie délivre à Mahmoud et deux autres clandestins des passeports de l’U.E. En échange, on leur retirera 20 livres par semaine. Le travail sera pénible. Angie a obtenu une caravane pour la famille de Mahmoud.

Séquence 22
46’14’’ Le « bureau d’intérim » (3)
Débordée par l’affluence, Angie embauche ou renvoie « à vue » les candidats au travail. Elle aperçoit son père et son fils qui ont assisté à l’opération. Le père est choqué. Il repart avec son petit-fils.

Séquence 23
47’56’’ En boîte de nuit
Angie et Rose s’amusent, mais elles voulaient un « mec » ce soir, or il n’y en a aucun de bien. Rose se rappelle certains gars du boulot. Angie décide de les faire venir. Elle envoie un SMS de la part de Rose.

Séquence 24
50’24’’ Sexe sur commande
Milan et Marco arrivent chez Angie et Rose. Rose n’est pas contente : Angie s’est trompé de gars.

Séquence 25
50’59’’ Retard de paiement
Angie arrive chez Derek, suivie de ses ouvriers. Elle lui réclame deux semaines de salaire. Mais elle doit patienter, car il n’a pas été payé non plus. Il l’avait prévenue des risques avec ces types. Il part « accompagné ». Elle temporise en disant à ses ouvriers que tout est arrangé.

Séquence 26
52’24’’ Jamie et l’école (2)
Un comité de trois personnes questionne Jamie et Angie, en présence des grands parents. Jamie reste silencieux sur l’incident passé, mais affirme vouloir vivre avec sa mère. Angie explique qu’il ne voit pas son père qui est un bon à rien. Elle affirme qu’elle emploie les travailleurs avec des contrats réguliers, en toute légalité, aidée d’une associée scrupuleuse ; elle évoque également l’embauche prochaine d’une assistante qui lui permettra de consacrer plus de temps à son fils.

Séquence 27
54’52’’ Conflit de génération
Un parc. Jamie joue avec ses copains tandis qu’Angie et son père discutent. Angie refuse d’être jugée, elle travaille beaucoup, a réglé ses dettes et donne une chance aux gens. Pour son père, elle exploite la misère de gens qualifiés dans leur pays et agit en égoïste sans se soucier de l’intérêt général.

Séquence 28
57’33’’ Plus gros que soi
Angie, furieuse, débarque chez Derek. Tout est bouclé, mais elle le trouve : il lui a fait un chèque en bois et lui doit un mois de salaire. Mais lui-même s’est fait arnaqué par les « chefs » et a été brutalisé pour avoir tenté de récupérer son argent. Il l’avait prévenue, elle a ignoré son avertissement.

Séquence 29
59’41’’ Le « bureau d’intérim » (4)
Angie explique aux ouvriers qu’elle a été escroquée, elle leur montre les chèques en bois. Ils sont exaspérés et se sentent méprisés. L’un d’eux se plaint d’avoir déjà subi ça ailleurs. En réponse, Angie leur propose un autre travail.

Séquence 30
1h01’03’’ Angie et Karol (2)
Angie et Karol boivent un verre dans un café. Il salue son courage face aux ouvriers. Il rentrera en Pologne dès que possible, l’Angleterre est un pays difficile et il refuse d’être un « esclave ». Angie veut lui donner de l’argent pour son aide, mais il refuse. Il voudrait l’inviter à dîner, elle décline : elle n’est pas disponible pour une relation.

Séquence 31
1h03’20’’ Agression (1)
Angie rentre à pied chez elle. Deux types la tabassent dans la rue. Seule à terre, elle appelle Rose.

Séquence 32
1h03’55’’ Agression (2)
Rose compte le cash tandis qu’Angie, amochée, téléphone à Jamie pour lui dire qu’elle ne peut pas le voir ce week-end. Elle prétexte une chute de moto puis évoque une agression gratuite dans la rue. Les loyers ont rapporté gros. Rose propose de dédommager les ouvriers. Angie refuse net et planque sa part dans sa chambre. Une brique fracasse une fenêtre et blesse Rose. Elles ne peuvent pas appeler la police.

Séquence 33
1h08’10’’ Un nouveau départ ?
Angie et Rose visitent un local. Rose est ravie, c’est un nouveau départ. Angie a des doutes, Rose la rassure : elles peuvent se le permettre. Elles reçoivent une demande de 45 ouvriers. Contre l’avis de Rose, Angie décide d’employer une dernière fois des clandestins pour payer le local avant même d’y entrer. Il faut trouver où les loger.

Séquence 34
1h10’02’’ Délation
Angie et Rose arrivent en 4×4 devant un campement de clandestins. Selon Angie, c’est le lieu idéal pour leurs ouvriers, mais il n’y a plus de place. Angie appelle alors les services de l’immigration et se plaint de la gêne occasionnée par ce campement d’immigrants, elle menace d’alerter les médias. Rose, en colère, aperçoit les filles de Mahmoud. Elles courent les avertir qu’il faut partir.

Séquence 35
1h14’05’’ Point de nonretour
Rose ne décolère pas et dit à Angie d’arrêter la voiture. Elle a honte et lui demande si quelque chose peut encore l’arrêter. Mais Angie assume son cynisme. Rose descend de voiture et continue à pied.

Séquence 36
1h15’55’’ Match de football
Angie et son père assistent à un match de Jamie. Angie récupère son fils pour quatre jours. Son père lui donne des conseils sur les bonnes habitudes à conserver.

Séquence 37
1h16’59’’ Agression (3) : peur pour Jamie
En rentrant, Angie et Jamie commandent une pizza puis regardent un film d’action. On sonne à la porte. Jamie va ouvrir mais ne revient pas. Angie sort dans la rue et demande en vain si quelqu’un a vu son fils. Elle rentre inquiète et téléphone au vendeur de pizzas. Des hommes cagoulés l’attrapent et la ligotent. Ils veulent récupérer leur dû. Ils prennent le cash qu’ils ont trouvé et exigent qu’elle leur rende plus tard le reste sinon ils s’en prendront à son fils. Restée seule, Angie est choquée. On sonne à la porte. Jamie rentre avec les pizzas et explique que la police l’a arrêté et l’a interrogé sur son école et sa famille. Le téléphone sonne : Angie promet de rendre tout l’argent.

Séquence 38
1h27’18’’ Entretiens d’embauche (2)
Kiev, Ukraine. Angie arrive à l’aéroport. Elle entre dans une salle où trône le logo de son agence Angie Recruitment et rappelle aux collaborateurs locaux les consignes sur les visas. Une école de langue sert de couverture pour les visas d’étudiant. Une mère de famille, coiffeuse, remet à Angie l’argent nécessaire pour obtenir un travail. Elle est pleine d’espoir.

Séquence 39
1h29’50’’ Générique de fin
[1h31’37’’]
Lettrage blanc sur fond noir.

Nedjma Moussaoui