Rhone Alpes

It's a Free World

Ken Loach - 2006 - GB -

Générique et synopsis
It’s a Free World !
Grande-Bretagne, Italie, Allemagne, Espagne, 2007
Réalisation : Ken Loach
Scénario : Paul Laverty
Producteur : Rebecca O’Brien
Producteur : Lera Filshina (pour l’Ukraine)
Coproducteurs : Rafal Buks et Piotr Reisch (pour la Pologne)
Producteur délégué : Tim Cole
Producteur exécutif : Ulrich Felsberg
Directeur de la photographie : Nigel Willoughby
Ingénieur du son : Ray Beckett
Montage son : Kevin Brazier
Mixage : Ian Tapp, Andy Hagon
Montage : Jonathan Morris
Chef décorateur : Fergus Clegg
Chef costumière : Carole K. Fraser
Casting : Kahleen Crawford
Compositeur de la musique originale : George Fenton
Durée : 93 minutes
Sortie en salle : 2 janvier 2008
Données techniques : Film en couleur 35 mm ; Format 1 :1,85. Son : Dolby SRD
Production : Sixteen Films (Londres) en coproduction avec : BIM Distribuzione (Rome), EMC Produktion (Berlin), Tornasol Films (Madrid), SPI International (Varsovie)
Distribution : Diaphana

Interprétation
:
Kierston Wareing (Angie), Juliet Ellis (Rose), Leslaw Zurek (Karol), Joe Siffleet (Jamie), Colin
Coughlin (Geoff), Maggie Hussey (Cathy), Raymond Mearns (Andy), Davoud Rastgou
(Mahmoud), Mahin Aminnia (la femme de Mahmoud), Shadeh Kavousian (une fille de
Mahmoud), Sheera Kavousian (une fille de Mahmoud), Frank Gilhooley (Derek), David Doyle
(Tony), Eddy Webber (un directeur de société), Johnny Palmiero (un directeur de société),
Faruk Pruti (l’employé en colère), Jackie Robinson-Brown (la directrice de l’école),
Malgorzata Zawadzka (interprète polonaise), Marina Chykalovets (interprète ukrainienne),
Oksana Gayvas (interprète ukrainienne), Ludmila Borysh

Récompenses
:
— Prix du meilleur scénario, Festival de Venise, 2007
— Prix du meilleur film, Festival du cinéma Européen de Séville, 2007

En Pologne, Angie recrute des intérimaires pour une agence londonienne et remarque alors Karol. Le soir même, elle se rebelle contre un supérieur à la main baladeuse et invite Karol dans sa chambre. Au retour, elle est abusivement licenciée. À 33 ans, endettée, lasse des petits boulots, elle décide de créer sa propre agence avec Rose, sa colocataire, et démarche à moto les directeurs d’usine et les ouvriers, tandis que son associée gère la part administrative. En attendant mieux, elles rassemblent les immigrants dans l’arrière-cour d’un pub. Jamie, le fils d’Angie, vit chez ses grands-parents mais se montre violent à l’école. Un patron conseille bientôt à Angie d’employer des clandestins : elle gagnera plus et l’État ferme les yeux. Elle découvre le campement où vit Karol ; ils font l’amour. Rose a l’idée de louer aux ouvriers des chambres où ils se relaieront et Angie imagine de couvrir l’activité en ouvrant un buffet au pub. Elles font croire aux ouvriers qu’elles paient des charges ce qui met Rose très mal à l’aise. Une nuit, Angie héberge la famille d’un Iranien clandestin qu’elle avait refusé d’embaucher, puis lui fournit ainsi qu’à d’autres un faux passeport. Son père vient la voir au travail avec Jamie et repart écoeuré. Angie et Rose sortent en boîte ; bredouilles, elles invitent chez elles des gars recrutés le matin. À l’école, Angie passe pour une mère célibataire courageuse prête à élever son fils. Après s’être fait arnaquer par plus gros qu’elle, Angie ne peut payer ses ouvriers et fait face à leur colère. Elle ne veut pas s’engager avec Karol. Elle se fait tabasser dans la rue, mais refuse de dédommager les ouvriers avec l’argent des loyers même quand Rose est touchée à son tour. Au moment de louer un vrai bureau, Angie persiste à employer des clandestins et, pour pouvoir les loger, elle dénonce un campement d’immigrants. C’en est trop pour Rose qui la quitte. Un soir, alors que Jamie disparaît soudainement, Angie est ligotée par des individus cagoulés qui exigent leur dû. Elle promet de tout rendre s’ils laissent son fils tranquille qu’elle retrouve peu de temps après. En Ukraine, elle reçoit de l’argent liquide en échange de promesses d’embauche.