Rhone Alpes

Barbara

Christian Petzold - 2012 - Allemagne -

Réalisation : Christian Petzold
Assistant réalisateur : Ires Jung
Scénario et dialogues : Christian Petzold
Direction de la photographie : Hans Fromm
Ingénieur du son : Andreas Mücke-Niesytka
Montage : Bettina Böhler
Mixage : Martin Steyer
Décors : K.D. Gruber
Costumes : Anette Guther
Casting : Simone Bär
Musique originale : Stefan Will

Durée : 1h45

Sortie en salles (France) : 2 mai 2012

Données techniques : film couleur 35 mm, format 1.66, son monophonique

Production : Schramm Film Koerner & Weber
Coproduction : ZDF, Arte
Distributeurs : Pyramide Distribution (France)

Interprétation : Nina Hoss (Barbara Wolff), Ronald Zehrfeld (André), Rainer Bock (Klaus Schütz), Christina Hecke (Schulze, la collègue), Claudia Geisler (Schlösser, l’infirmière en chef), Rosa Enskat (Bungert, la concierge), Jasna Fritzi Bauer (Stella), Mark Waschke (Jörg), Susanne Bormann (Steffi), Jannik Schümann (Mario), Alicia von Ritterg (Angie), Kirsten Block (Friedl Schütz), Irene Rindje (la sœur de Friedl), Carolin Haupt (l’étudiant en médecine), Peer-Uwe Teska (un garçon de café), Deniz Petzold (Angelo), Elisabeth Lehmann (une jeune serveuse), Thomas Neumann (le retraité dans sa voiture), Thomas Bading (l’accordeur de piano).

 

Récompenses
En 2012 :
▪   Ours d’argent, Festival de Berlin (Berlinale 2012).
▪   Prix de la mise en scène, Festival de Berlin (Berlinale 2012).

 


Allemagne de l’Est, 1980. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, le docteur Wolff (Barbara), pédiatre, est mutée dans un hôpital de province situé en campagne et près de la mer Baltique. Elle intègre l’équipe du médecin-chef André, qui lui conseille de ne pas se mettre à l’écart de ses collègues. Barbara est en effet distante et méfiante car sous la surveillance de la Stasi (Klaus Schütz), pour qui André rédige des rapports. La jeune Stella, évadée d’un camp de redressement et atteinte d’une méningite, est admise dans le service. Barbara récupère de l’argent et le cache immédiatement en pleine nature ; elle fait l’objet d’une fouille suite à son retour tardif. Le lendemain, André lui apprend que Stella est enceinte et il lui confie qu’il a conçu un laboratoire qu’il lui montre et où ils discutent. Barbara retrouve son amant, Jörg, dans une forêt ; ils font l’amour. Il est celui qui lui a transmis l’argent et qui organise son évasion. De retour à l’hôpital, Barbara, épuisée, passe un moment avec Stella qui lui confie qu’elle ne veut pas accoucher dans un tel pays. André s’ouvre à Barbara en lui racontant les raisons de sa présence dans cette région ; Barbara lui demande son aide au sujet de Stella qui, une fois rétablie, devrait rejoindre le camp de Torgau. Deux jours plus tard, Stella est embarquée. André multiplie les gestes à l’égard de Barbara (il lui envoie un accordeur pour son piano). Un nouveau patient, Mario, est admis dans le service après sa chute du 3e étage d’un immeuble. Son état est jugé préoccupant. Sur le chemin du retour, Barbara refuse l’invitation d’André, qui souhaite lui montrer un endroit qu’il apprécie particulièrement. La nuit, Barbara retrouve de nouveau Jörg, dans une chambre d’hôtel. Il lui indique le plan pour l’évasion (par la mer) planifiée dans le week-end. Elle fait la rencontre de sa voisine de chambre (Steffi), qui souhaite se marier pour fuir à l’Ouest. Stella s’évade. De retour chez elle, Barbara fait l’objet d’une deuxième fouille. Le lendemain, pensant à son évasion, elle demande un jour de congé à André en prétextant la rénovation de son appartement. Il accepte, mais plus tard il lui demande de se rendre disponible dans le week-end pour quelques tests sur Mario. En pleine nuit, Barbara, de garde, discute avec l’ex-petite amie de Mario, très inquiète pour lui tant elle juge son état anormal. Dès le lendemain matin, Barbara retrouve André afin de lui faire le récit de cette rencontre. Elle découvre alors qu’il apporte ses soins à la femme de l’inspecteur de la Stasi, car celle-ci est mourante, atteinte d’un cancer. Une discussion s’ensuit, Barbara ne comprenant pas l’attitude d’André à l’égard de ces « salauds » en charge de « leur » surveillance. À l’hôpital, André annonce à Barbara l’opération rapide de Mario et lui demande de réaliser l’anesthésie. Sur le chemin du retour, elle accepte cette fois-ci son invitation pour une ratatouille improvisée mais s’enfuit rapidement après lui avoir donné un baiser. La nuit de l’évasion, Stella, blessée, débarque chez Barbara, qui la soigne et lui injecte de la caféine en intraveineuse. Elles rejoignent la plage. Au bloc, André, prêt à opérer Mario, attend Barbara qui ne vient pas. Il se rend chez elle et constate, tout comme Schütz, son départ. Barbara paie le passeur et installe Stella sur le radeau, qu’elle regarde partir dans la nuit. Le lendemain, Barbara arrive au chevet de Mario. André est ému de la revoir. Ils échangent un regard.