Rhone Alpes

Lux

Seb Coupy et Bertrand Larrieu - Film documentaire - 2012 - France -

 

 

Un film sonore au Burkina-faso

50 min
format 16/9

 

Au Burkina-Faso, l’électricité du réseau, par métonymie, c’est la “lumière”, mais dans 70% des villages c’est, au mieux, l’électricité à essence, un groupe électrogène, qui fait fonctionner les appareils domestiques. Appartenir au réseau semble donc un luxe.

À l’oreille, lux et luxe se confondent : LUX renvoie donc à la fois la “lumière”, au sens français et burkinabé, mais aussi à la notion de luxe, de confort : ces deux notions resteront au centre de notre film, ainsi que dans le processus même de sa fabrication.
C’est la lumière que nous allons effectivement suivre, pour en faire une “trajectoire”. Voici une histoire, pas au sens historique mais au sens de narration, du raccordement électrique au Burkina-Faso ; une histoire d’électricité et d’habitants, l’histoire de notre propre déplacement, de notre propre besoin en énergie électrique.
Car chemin faisant, de la capitale au village non électrifié, aller vers le non raccordé mène aussi à nos propres limites et construit ainsi implicitement une comparaison entre nous, un binôme de voyageurs-réalisateurs avec celles des burkinabé.
Dans sa forme, ce film est atypique : il est volontairement construit non avec les 24 images/seconde de la vidéo, mais avec la photographie, la lumière, et le son. Ce “film sonore”, comme nous l’appelons, est un montage d’images fixes autour du son, un flux graphique parlant, si loin du diaporama qu’il donne à entendre un espace et un temps documentaire original. LUX sera donc hybride, un film aux images fixes, un documentaire orienté vers l’écoute.
Obtenir un rapport poétique et documentaire entre trame sonore et flux d’image est au centre de notre projet.
Seb Coupy
et Bertrand Larrieu
Dossier producteur

« Lux, c’est un road movie paradoxalement lumineux, tout en sons et photos, à travers un Burkina Faso plongé dans les ténèbres. Un pays en manque d’électricité mais plein d’énergie humaine. Seb Coupy et Bertrand Larrieu pistent de village en village le raccordement tant espéré, si coûteux et si fragile – eux-mêmes, parfois en quête d’électricité pour recharger leur matériel. La virtuosité du montage du son et des images donne vie à des rencontres précieuses. Des hommes et des femmes à qui il arrive, malgré l’habitude et souvent la résignation, d’avoir peur du noir, celui des sorciers, que le luxe électrique pourrait parvenir à chasser. »
Dossier Scam
Prix Découverte 2014