Rhone Alpes

Hors Jeu

Jafar Panahi - 2006 - Iran -


Ceci est un cinéaste
Né à Mianeh (Iran) en juillet 1960, dans une famille modeste, Jafar Panahi accomplit un parcours exemplaire qui l’impose progressivement comme une grande figure du cinéma iranien, la seconde après le maître Abbas Kiarostami. Ce dernier dirige d’ailleurs le département cinéma du Centre pour le développement intellectuel des enfants et des adolescents (Kanoun), où le jeune Jafar s’initie aux métiers de l’image. Parfaisant sa formation audiovisuelle lors de son service militaire, qui intervient pendant la guerre Iran-Irak (1980-1988), il intègre ensuite l’École supérieure de la télévision et du cinéma de Téhéran, avant de réaliser ses premiers courts métrages et documentaires à l’orée des années 1990. Assistant réalisateur d’Abbas Kiarostami sur Au travers des oliviers (1994), l’élève est ensuite assisté par le maître pour écrire le scénario de son premier long métrage. Le Ballon blanc (1995) initie une série de cinq films – Le Miroir (1997), Le Cercle (1999), Sang et or (2002) et Hors jeu (2005) – qui dressent un tableau poétique et critique de la société iranienne, de ses restrictions et de ses contradictions. Les jurys des festivals ne s’y trompent pas, et Jafar Panahi collectionne les prix à Cannes, Locarno, Venise ou Berlin.

Ceci est une chaise vide
Cette reconnaissance internationale est d’autant plus importante que la dimension critique du cinéma de Panahi n’a pas non plus échappé au régime iranien, qui a successivement interdit de diffusion ses trois derniers films. En juillet 2009, peu après la réélection douteuse de Mahmoud Ahmadinejad et la répression de la « révolution verte », Jafar Panahi est brièvement arrêté une première fois, puis interdit de quitter le territoire. Á nouveau arrêté en mars 2010 puis libéré sous caution en mai, il est lourdement condamné en décembre : six ans de prison et vingt ans d’interdiction de tourner et de quitter le territoire. Cette année-là, aux festivals de Berlin, Cannes et Venise, une chaise vide dans le jury représente la solidarité affichée par le monde du cinéma avec celui qui est devenu – avec son compatriote Mohammad Rasoulof – un symbole de résistance artistique face au pouvoir. Symbole à nouveau justifié, car Jafar Panahi est parvenu à présenter un film au Festival de Cannes 2011 : réalisé par son ami Mojtaba Mirtahmasb et envoyé dans une clef USB, ce documentaire tourné entre deux incarcérations porte précisément sur la situation du cinéaste privé de liberté et de création. Son titre, en forme de pied de nez à la censure, fleure bon l’humour du désespoir : Ceci n’est pas un film…


Filmographie
Réalisateur : longs métrages de fiction

2005 : Hors jeu (Offside)
- Ours d’argent au Festival de Berlin 2006
- Prix d’interprétation féminine (collectif) et prix spécial du jeune jury au Festival de Gijón 2006
- Prix Amnesty International au Festival de Ljubljana 2006

2002 : Sang et or (Talaye sorkh)
- Prix spécial du jury au Festival de Cannes 2003
- Hugo d’or au Festival de Chicago 2003
- Épi d’or au Festival de Valladolid 2003
- Prométhée d’or au Festival de Tbilissi 2004

1999 : Le Cercle (Dayereh)
- Lion d’or, prix Sergio Trasatti, prix OCIC, prix FIPRESCI et prix de l’UNICEF à la Mostra de Venise 2000
- Meilleur film, prix de la critique, prix du public et prix OCIC au Festival d’Uruguay 2001
- Prix FIPRESCI au Festival de San Sebastián 2001
- Prix de la liberté d’expression de la National Board of Review 2000

1997 : Le Miroir (Ayneh)
- Léopard d’or au Festival de Locarno 1997
- Tulipe d’or du Festival d’Istanbul 1998
- Meilleur réalisateur asiatique au Festival de Singapour 1998


19
95 : Le Ballon blanc (Badkonake sefid)
- Caméra d’or (prix du premier film) au Festival de Cannes 1995
- Meilleur film étranger du New York Film Critics Circle 1996
- Meilleur film étranger au Festival de Sudbury 1995
- Prix du jury international au Festival de São Paulo 1995
- Médaille d’or du Festival de Tokyo 1995

Réalisateur : courts métrages et documentaires
2011 : Ceci n’est pas un film (In Film nist, avec Mojtaba Mirtahmasb) – documentaire
2009 : L’Accordéon (The Accordion – extrait du film collectif Then and Now, Beyond Borders and Differences)
2007 : Le Tapis (Farsh)
1997 : Ardekoul – documentaire
1993 : Deuxième regard (Negah-E Dovom)
1992 : Le Dernier Examen (Akharin emtehan)
1992 : L’Ami (Doust)
1991 : Kish –documentaire
1988 : Les Têtes blessées (Yarali bashlar) – documentaire

Monteur : longs métrages
2009 : Keshtzaraye sepid (The White meadows, Mohammad Rasoulof)
2005 : Cafe Transit (Kambozia Partovi)
2004 : Hokm (The Verdict, Masud Kimiai)
2002 : Sokaate beine do feks (Silence Between Two Thoughts, Babak Payami)
1997 : Mosafere jonub (TheTraveller from the South, Parviz Shahbazi)

Martin Goutte