Rhone Alpes

Regarde les hommes tomber

Jacques Audiard - 1994 - France -

 

Du scénariste…
Ce sont les chemins des scénarios qu’emprunte d’abord Jacques Audiard, fils de Michel, après des études de lettres et surtout une déterminante expérience du montage. En 1981-1982, il cosigne avec son père Le Professionnel (Georges Lautner) et surtout Mortelle randonnée (Claude Miller) qui annonce quelques aspects intéressants de Regarde les hommes tomber. Les années suivantes, il poursuit son travail de scénariste dans une écriture personnelle, originale, qui ne doit rien à celle de son père. Certains, comme le producteur Didier Haudepin, le poussent vers la réalisation.

… au cinéaste

(c) Path Image Production/DR

Avec Regarde les hommes tomber, le premier film qu’il réalise, à 42 ans, Jacques Audiard confirme la personnalité et la richesse de son travail cinématographique. Très remarqué lors de la Semaine de la critique à Cannes, en 1994, le film obtient le César du meilleur premier film l’année suivante. Jacques Audiard enchaîne avec Un héros très discret, adapté du roman de Jean-François Deniau. Le personnage interprété par Mathieu Kassovitz est un imposteur qui, dans l’époque trouble et confuse de l’hiver 1944-1945, parvient à tromper son monde et arrive presque à ses fins. Ces mensonges sont aussi ceux d’un pays qui, après cinq ans de collaboration zélée, essaie de se redonner une vertu et une identité. Le cinéaste prend son temps pour concevoir ses films : Sur mes lèvres ne viendra que cinq ans plus tard. Il y « retrouve le plaisir de faire des images, d’être avec les comédiens »Éric Libiot, « Audiard sur un plateau », L’Express, 5 avril 2001.. La réalisation de longs métrages est entrecoupée par celle de clips musicaux (Alain Bashung, Louise Attaque, Noir Désir) ou de spots publicitaires. Les deux films suivants (De battre mon cœur s’est arrêté (2005) et Un prophète (2009) voient ses qualités d’exigence et d’originalité récompensées par l’accueil du public, de la critique et les diverses récompenses (Festival du film de Cannes, prix Louis-Delluc, Césars, etc.). La relation de père à fils, d’adulte expérimenté à jeune en devenir, s’inscrit dans ces deux films comme dans le tout premier. C’est une « forme cinématographique expressionniste » qu’Audiard déclare adopter pour son dernier film, De rouille et d’os(2012),qui n’est pas sans rappeler quelques aspects du premier : la filiation, un personnage fruste, la marche (en exercice ou privation), les routes.

Filmographie
Réalisateur et scénariste
1994 : Regarde les hommes tomber
1996 : Un héros très discret
2001 : Sur mes lèvres
2005 : De battre mon cœur s’est arrêté
2009 : Un prophète
2012 : De rouille et d’os

Scénariste seulement (liste sélective)
1981 : Le Professionnel, de Georges Lautner
1983 : Mortelle randonnée, de Claude Miller
1984 : Réveillon chez Bob, de Denys Granier-Deferre
1985 : Sac de nœuds, de Josiane Balasko
1987 : Saxo, d’Ariel Zeitoun
1987 : Poussière d’ange, d’Édouard Niermans
1988 : Fréquence meurtre, d’Élisabeth Rappeneau
1989 : Baxter, de Jérôme Boivin
1989 : Australia, de Jean-Jacques Andrien
1992 : Confessions d’un barjo, de Jérôme Boivin

Jacques Joubert