Rhone Alpes

Regarde les hommes tomber

Jacques Audiard - 1994 - France -

 

Réalisation : Jacques Audiard
1er assistant réalisateur : Serge Boutleroff (Serge Onteniente)
Scénario et dialogues : Jacques Audiard et Alain Henry, d’après le roman de Teri White Triangle (titre français : Un trio sans espoir).
Directeur de la photographie : Gérard Stérin
Ingénieurs du son : François Waledisch, Dominique Gaborieau
Montage : Juliette Welfling
Décorateur : Jacques Rouxel
Musique originale : Alexandre Desplat
Durée : 1h40
Sortie en salles : 31 août 1994
Données techniques : film couleur 35 mm, format 1.66, son monophonique
Production : Bloody Mary Productions (Didier Haudepin, producteur)
Coproduction : CEC Rhône-Alpes, France 3 Cinéma
Distributeurs : Ovo Films, MIHK, Synkronized

Interprétation : Jean Yanne (Simon Hirsch), Jean-Louis Trintignant (Marx), Mathieu Kassovitz (Johnny), Bulle Ogier (Louise), Christine Pascal (Sandrine), Yvon Back (Mickey), Yves Verhoeven (le prostitué), Marc Citti (l’indicateur), Pierre Guillermin (M. Vernoux), Philippe Collin (un homme au club de poker), Philippe du Janerand (Merlin), François Toumarkine (un homme engagé), Lionel Robert (un homme maigre), Valérie Gil (une amie de Sandrine), Roger Mollien (Marlon), Rymka Wasjbrot (Mme Rajenskyi), Blats (Donata), Laurence Bienvenu (une infirmière), Gilles Fisseau (le provocateur), Hajib Anouar (le manager de l’hôtel), Pascal Guégan (2e homme engagé), Serge Boutleroff (3e homme engagé).

Récompenses :
En 1994 :
- Prix Ruta et Georges Sadoul
En 1995 :
- César de la meilleure première œuvre
- César du meilleur espoir masculin pour Mathieu Kassovitz
- César du meilleur montage pour Juliette Welfling

D’un côté, Simon, VRP en cartes de visite, accepte d’aider son ami Mickey pour une filature banale qui finit mal : Mickey, blessé par balles, est plongé dans un coma profond, et Simon le visitera souvent à l’hôpital, lui parlant de tout et de rien. D’un autre côté, trois ans plus tôt, Marx, vieux flambeur en perdition, rencontre et protège le jeune Johnny, personnage simplet et immature, intéressé uniquement par la télévision et le lancer de fléchettes. Il l’entraîne progressivement dans ses combines de jeux, d’affaires louches, de « contrats » d’apurement de dettes de jeu, et finalement de fonction de tueur à gages, tâches pour lesquelles le jeune « innocent » fait parfaitement l’affaire. L’un de ces « contrats » conduit Mickey à la mort. Simon, qui a abandonné tout ce qui faisait sa vie (son travail, sa femme, sa maison) pour errer dans une traque folle des meurtriers de son ami, trouvera finalement leur trace. Il invite Johnny à dîner, ce qui fâche Marx. Simon leur tend un piège, tue le protecteur, et prend sous sa coupe le jeune Johnny pour repartir avec lui vers une nouvelle vie.

Jacques Joubert